• un certain chemin

     

     

    Pas de place dans  cette vie pour le silence

    Celui qui apaise, celui qui prend sens

    Le miracle en somme, serait de le partager

    Comme si les mots avait finit de briller

    Les mots comme nos traces

    Un jour aussi s’effacent.

    Y a  la route comme une blessure

    Bordée de chardons  et d’ordures

    Celle du fardeau et des regrets

    Celle qu’on ne finit jamais

    Et puis y a le chemin

    Celui qui vient des autoroutes solitudes

    Sinueuses, tortueuses, vides de plénitude,

    Et puis ya le chemin

    Celui du solitaire qui va au devant de soi

    Celui de ces nuits qui te guident

    Loin des tristes apparats

    Disparaitre des images polaroid,

    Rouvrir son propre livre

    Toucher du doigt, du cœur  l’ivre

    L’ivresse  de vivre,

    Respirer, pas à pas renaitre de soi

    Disparu le linceul glacial de l’effroi

    Vivre pour soi, avec soi.

    Shaka

     

     

    Te souviens-tu dans tes nuits blanches

    As-tu gardé  souvenirs 

    Des vents qui t’inspirent

    Te souviens-tu le cœur qui se déclenche  

    Pour du  faux, pour des insipides ……..


  • Commentaires

    1
    puce
    Mardi 25 Septembre à 23:41

    Allez au delà du chemin, vers un rivage plus lointain

    ou le monde se dissout et tout devient clair.

    Au delà de ce rivage,et du rivage plus lointain

    Au delà de l'au-delà

    Ou il n'y a ni début, ni fin, sans crainte

    Allez-y

     

    (Bouddha)

    Bonne nuit

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :