• ensemble

     

    Courant  d’air sur les certitudes comme feuilles d’automne se brulent et s’envole , le bonheur comme but , ouais le but c’est le chemin :mon dieu qu’il est tortueux , comme appeler ça du bonheur , si vivre de souffrance ,d’absence, d’illusions , d’éphémère, de futile suffit a toute une population lobotomisé par ces coups sans cesse répéter d’une hiérarchie qui doit bien se marrer de les voir tristes moutons (souriant d’hypocrisie)  a suivre le puissant berger  consommant jusqu'au bord des abysses  . Mener le troupeau  pour la traite  n’a jamais été aussi lucratifs aussi  aisé. Les énarques et autres érudits avides  ont  oublié ceux qui les nourrissent, ceux par qui leur rémunération (parfois indécente) est possible.

    Et puis que dire de ces besogneux, qui pour se sentir vivants n’ont d’autre occupation que de se parer  du parfum n°5 pour elle et de la dernière  PS pour lui, a jouir hypocritement de ce futile, matérialiste extrême preuve d’un statut social  ou le social a disparu, ou l’autre n’existe que pour lui faire biller ce que l’on croit posséder. Ces gens qui pour se sentir humain s’offusque ou s’attriste de la pauvreté dans le monde tout en restant a distance de ceux d’en bas, des fois que cela soit contagieux, des fois que ces manants ai des vues sur leur biens.

    L’idéal  bonheur est devenu  égoïste, les sentiments se sont perdus dans les courses aux échelons du pouvoir, ceux qui par chance (ou malheur c’est un avis recevable) arrivent à gravir les marches du palais des richesses ne regardent plus en arrière, ne regarde pas ceux qui reste, oublient ou ne veulent pas se rappeler d’où ils viennent, réaction bien compréhensible mais oh combien  égoïste.

    Bien connu votre pensée, un brin jaloux penserez vous, que nenni faisant partis de ceux d’en bas ayant gravit quelques marches, j’aime a contempler le chemin parcouru, retrouver les racines, sans envie matérialiste (là entendez vous râlez les enfants …).

    Le bonheur ne se trouve pas dans ces choses qui paraissent  mais qui isole, j’aurais aimé un monde d’échange autre que commercial, d’humain autre que des âmes sans visages ni cœur, des paroles posées, des verbes doux, des écrits sincères, des vivants au plaisir d’être juste là ensemble.

    Shaka 


  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Février 2014 à 10:56

    Ils ont cru ce qu'on leur a raconté, ils n'ont pas vu que la vie c'est le bonheur, que le chemin du bonheur est simple, sans fioriture, il élève vers la dignité et le respect, il permet à chacun de vivre et nous enseigne que la vie prend plusieurs formes et qu'aucune de ces formes de vie n'est supérieure à l'autre, aucune forme d'intelligence n'est supérieur à l'autre. L'argent n'existe pas, c'est une création de l'humain pour établir un pouvoir, la réussite n'est pas la richesse et la puissance, elle est dans l'épanouissement de chaque individu.

     

    amicalement

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :