• Tous les mots

    Consones, voyelles

    Verbes sujet, Cod

    Paragraphes, syntaxes

    Ne décriront

    La poésie

    De nos silences

    Shaka

     


    3 commentaires
  • Attendre

    L’amour  comme un adieu

    Le gout du miel , son corps

    Mon cœur pour un éphémère

    Pour le chemin du funéraire

    Que les alizés me mènent

    Aux processions  des tragiques

    Échoué  solitaire à manquer  de son unique

    Porter  milles fois le fardeau de nos erreurs

    Terrible cruelle une vie torpeur

    Dans le noir les pas sont désespoirs

    Comme un errant sans mémoire.

    Toi le serein assis sous ton arbre

    Toi qui vois le monde en dedans

    Tes silences parlent plus que nos palabres

    Toi qui laisse passer le temps

    Pourtant le froid est là

    Il enlace le muscle  qui bat

    Linceul immaculé vide de tout

    Toi, assis sous ton arbre

    Tu sais la chaleur de la vie

    Tu sais le plein de rien

    Le recul, le détachement, guerrier sans arme

    Guerrier de l’âme  

    Ton sourire agace

    Toi qui n’as rien

    Toi qui as tout

    Les réponses les as-tu

    Non je sais, que sans questions

    Nul besoin de réponses.

    Juste attendre que le temps nous vide

    Juste attendre chrysalide.

    Shaka


    3 commentaires
  •  


    votre commentaire
  •  

    Dis-moi quel est ce chemin

    Ou nous étions main dans la main

    Est-ce le chemin qu’on a perdu

    Ou est ce nous qui nous sommes perdu

    A vouloir mille pays, la vie comme un dessert

    On se retrouve seul, on perd terre entière

    Quand à tes yeux  elle a mis sanglots

    Y a plus qu’un monde  qui  prend l’eau

    A nous aimer jusqu’à la haine

    Ne reste  que des regrets qu’on traîne.

     

    Dans l’inconstant  de ce monde

    Rien ne change, juste le cœur qui s’inonde

     Leurs sourires qui t’offre un empire

    Et si l’envie te reprend  de les faire rire

    Elles t’offriront chrysanthèmes

    Chemins d’infortune jusqu’aux anathèmes

    Elles te diront les mots d’amour

    A rêver  jusqu’au dernier jour

    Pour faire ton cœur déchiré

    A mettre le sel à tes yeux, pour un océan ou chavirer.

     

    De  ces éternités sans amour

    A faire pleurer les fleurs

    On est nombreux  à chercher le jour

    Ou on aura plus peur

    Du repas  solitude.

     

    Aux amours, aux yeux qui rient

    Aux parfums de ces roses  qu’on  envie

    A ces cœurs  sans peines

    A ces cœurs sans haines

    A ce ciel qui flamboie

    Au creux de leur bras

    Aux guerres qu’on a perdues

    Parce que sur le chemin on s’est  perdu.

     

    Et puis et puis, y ‘a l’horizon le soir

    Y a l’horizon des espoirs

    Que nos amours reprennent les armes

    Que l’aride sèche la larme

    Que nos mains  ne soient plus poings serrés

    S’éloigner du quai des échoués

    Plus rien ne sera  impossible

    Et s’effacera l’inaccessible

    Ne rien dire, vivre qui on est

     Avoir le cœur sans regret

    Et si vient à tes joues quelques sanglots

    Que ce soit perles de bonheur  sans maux.

    Shaka


    8 commentaires
  • Tant de chose, laissez-moi rêver

    Les cerisiers refleurissent, mouvements perpétuels

    Les aiguilles tournées vers l’avenir

    Bord de mer, les vagues le ressac, l’écume

    Quoi que tu fasses  tout va tout revient

    Mais rien ne te retiens

    Funambule dans tes propres songes, tu rêves

    Parfum  d’hier, l’amer de demain

    Toutes ces  choses

    Les  envies qu’on désire  

    Le désir qu’on envie

    Un allez pour nulle part

    Sans détour sans retour

    L’errance

    A l’essentiel, la transhumance

    Voir les champs fleuris

    Les neiges éternelles

    Oublier le cœur en hiver

    S’assoir au pied des arbres jumeaux de Shala

    Et tourne la roue de la vie

    Pour que le temps te livre

    Sa verité

    SHAKA


    3 commentaires
  •  


    2 commentaires
  • Quelques notes, juste quelques  mots posés là

    Comme pour accompagner la complainte d’un piano  

    Et puis doucement mélancolie  te prends dans ses bras

    Heureux linceul, et les pensées s’enfuient, volent, plus haut

    Le train des souvenirs te menant aux avenirs

    Pour que tes champs de guerre reviennent à refleurir

    Quelques notes, mélodie bienveillante

    Qui te portent loin des pleurantes

    Et du mal d’exister

    Loin des gouttes chagrines quand ton cœur ne sait plus que pleurer,

    A l’horizon des peut être

    On repense aux  trains qu’on a pas pris

    Ceux qui  t’auraient mis le cœur champêtre,

    Quelques mots  tendresse velours

    Pour dans l’air volute d’amour

    Parce que l’amour hiver ça peut pas être  l’infini

    Parce que les matins blancs c’est le cœur qui crie,

    Et puis quelques notes

    Comme lettres mortes

    Comme feuilles mortes  

    Et mélancolie te porte

    Au-delà tristesse, par delà ton empire

    Pour simplement sur champs de guerre  retrouver sourire

    Shaka

    Quand le cœur a genoux, aux odeurs de la pluie, se noie dans mélancolie……  


    1 commentaire
  • A forcer le sourire

    Comme si, elle est belle la vie

    A vouloir croire qu’il y a pire

    A  croire nos rêves  trop petits

    Et ce cœur si grand

    Pour y mettre si peu dedans

    Comme si tout ça n’était qu’un jeu

    Même dans la nuit on veut paraitre mieux

    Quand t’as le cœur qui renverse

    Quand l’aride a remplacé  l’averse

    Ha oui, on dit plus ces choses là

    Dans ce monde on aime pas les gens las

    Que  le triste lui-même ne s’aime pas

    Rien n’est grave juste une odeur de pluie

    Juste une mélancolie 

    Qui me sauve d’un mortel ennui

    JE TE METS  MAL A L’AISE

    Parce que  je sens l’hiver

    Parce que  dans ton monde je fais tache

    Parce que mon regard est éteins

    Qu’il n’y a que l’ennui qui m’étreint

    Mais je suis de ceux qui ne sont pas lâche

     Que même les coups  n’atteignent plus

    Un enragé parce que  j’ai juste plus envie

    De votre putain de vie

    De vos visages qui, pour de vrai, ne sourient plus

    Des faux semblants, des faux culs

    Ha pardon, je deviens crus

    C’est mieux que vos mains tendues

    Si molles  qu’on  a peur de les casser

    Pourtant vous êtes beaux   

    Qu’on voudrait vous aimer  

    Si beaux pourtant  si vides en dedans

    Alors  en attendant  de voir la vie dans vos  yeux

    Je m’ennuie…..

    Shaka  


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique